L’héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024

et|icon_calendar|

21 Juil, 2021

Les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 sont l’opportunité pour la France entière de moderniser ses équipements et infrastructures. Dans un premier temps, les 620 Centres de Préparation aux Jeux, répartis dans 95 départements français, se sont engagés à mettre à disposition des athlètes du monde entier des équipements garantissant un entraînement dans des conditions optimales. Dans un deuxième temps, le Comité International Olympique encourage à concevoir les JO dans une temporalité supérieure à celle des épreuves intégrant la notion « d’héritage ». Concernant les infrastructures, cette dimension d’héritage se traduit par une anticipation de leur reconversion évitant leur abandon à la fin de la période olympique.

En 2017, la Ville de Paris a été officiellement désignée pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024, cent ans après la précédente édition déjà hébergée par la Ville de Paris.

Accueillir les Jeux Olympiques est l’occasion pour un pays de rayonner à l’échelle mondiale, mais c’est aussi l’engagement de mettre à disposition des athlètes et des touristes des infrastructures permettant un déroulement des JO dans le respect de la Charte Olympique élaborée par le Comité International Olympique (CIO). C’est dans ce cadre que la France entière sera impactée par cet évènement.

Les Jeux Olympiques à Paris

À l’annonce de sa désignation en tant que Ville hôte des Jeux Olympiques, la ville de Paris a créé en 2018 deux structures : d’une part le Comité d’Organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJOP) et d’autre part la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO).

Pour l’accueil des Jeux, la Ville de Paris s’est lancée dans un programme de renouvellement de ses infrastructures, chapoté par l’établissent public industriel et commercial la SOLIDEO.

La SOLIDEO a pour mission de gérer la livraison des ouvrages olympiques et la reconversion des ouvrages et opérations d’aménagement post-Jeux Olympiques. Pour se faire, la SOLIDEO a trois rôles principaux : financer et superviser les différents maîtres d’ouvrages, mais également aménager le Village des athlètes et le Cluster des médias.

En parallèle du Village des athlètes et du Cluster des médias, projets iconiques des JO 2024, ce ne sont pas moins de 62 ouvrages prévus en Île-de-France, et notamment dans la Ville du Bourget, que tbmaestro a accompagné en 2021 à travers l’élaboration d’un audit technique de son patrimoine immobilier.

L’Olympiade 2020-2024

Bien que la région Ile-de-France soit la principale concernée par les ouvrages olympiques, les collectivités françaises ont également pu tirer leur épingle du Jeu. En effet, en dehors des ouvrages propres au déroulement des épreuves officielles, des Centres de Préparation aux Jeux (CPJ) sont également prévus.

Ces CPJ sont des espaces mis à la disposition des équipes internationales dès le printemps 2023. Ils sont désignés sur la base de caractéristiques multiples, relatives aussi bien aux équipements sportifs disponibles, mais également à l’offre médicale, à la possibilité d’hébergement ou encore au programme d’accompagnement et d’accueil des délégations. La désignation des Centres de Préparation aux Jeux est également une opportunité de faire rayonner la diversité territoriale grâce à une répartition des 620 CPJ sur 415 collectivités réparties dans 95 départements français.

Afin d’aider les collectivités engagées dans l’Olympiade 2020-2024 à réaliser les travaux nécessaires à l’accueil des athlètes, une convention a été signée le 21 janvier 2021 entre le ministère des Sports, la SOLIDEO et l’Agence Nationale du Sport (ANS). Cette convention met à la disposition de l’ANS une enveloppe de 20 millions d’euros destinée à l’aménagement et/ou la rénovation d’équipements identifiés dans les CPJ.

L’héritage des Jeux

La reconversion des infrastructures post-JO est un élément central de la fabrique des Jeux Olympique 2024, qui se traduit par la notion d’héritage. Cette notion d’héritage est introduite dès 2003 dans la Charte Olympique et est définie par le CIO comme :

« […] le résultat d’une vision. Il englobe tous les bénéfices tangibles et intangibles à long terme amorcés ou accélérés par l’accueil des Jeux Olympiques/ de manifestations sportives pour les personnes, les villes/territoires et le Mouvement olympique. »

CIO, Approche stratégique en matière d’héritage : Une stratégie pour l’avenir, décembre 2017

Concernant les bénéfices tangibles, cette approche incite à réfléchir aux projets d’infrastructures dans une temporalité supérieure à celle des Jeux afin d’éviter ces fameux éléphants blancs, soit l’abandon des constructions à la fin des Jeux comme cela a pu être constaté durant précédentes sessions olympiques (Athènes, Rio, etc.).

Afin d’être en adéquation avec cette vision, les 62 ouvrages prévus dans le cadre des Jeux Olympiques se basent à 95% sur de l’existant, permettant ainsi de moderniser les infrastructures d’Ile-de-France (équipements sportifs, infrastructures routières, groupes scolaires, etc.).

Pour les équipements sportifs nouvellement construits, un programme de reconversion post-JO est identifié dans chaque projet. Le nouveau centre aquatique deviendra une zone d’activités multisports grâce à la mise en place de bassins temporaires (fitness, sports collectifs, natation) et permettra également à la Fédération Française de Natation d’y accueillir des compétitions internationales. Le nouveau site d’escalade du Bourget comprendra cinq murs d’escalade durant les Jeux, pour finalement en léguer un à la Ville du Bourget. Les quatre autres, au même titre que les bassins provisoires du centre aquatique, seront démantelés pour être réemployés sur d’autres sites. Enfin, l’Arena porte de la Chapelle, autre construction neuve prévue dans le cadre des JO pour les épreuves de badminton et gymnastique rythmique, servira de résidence au Paris Basketball et d’accueil d’évènements culturels et sportifs.

Une grande partie des ouvrages olympiques sont localisés sur le département de la Seine-Saint-Denis, qui accueillera notamment le Cluster des Médias ainsi que le Village des athlètes. Ces deux projets phares pilotés par la SOLIDEO disposent d’un programme complet de reconversion. Pour le Village des médias, en plus des 700 logements livrés à l’occasion des jeux, ce sont 600 logements supplémentaires qui seront livrés en héritage. À cette offre de logements sera associé un parc d’activités, mais aussi des commerces, services et équipements de proximité.

De la même manière, le Village des athlètes localisé notamment à Saint-Ouen-sur-Seine, pour qui tbmaestro a participé à l’élaboration du Plan pluriannuel d’investissement en 2021, permettra d’accueillir les 14 000 athlètes et leurs accompagnants durant les épreuves officielles. Après les JO, il sera converti en véritable quartier à part entière. Cette reconversion du village olympique en un nouveau quartier dynamique est un pari déjà tenu par Londres lors des JO 2012. Le projet de l’East End était alors largement encensé par le président du Comité International Olympique de l’époque Jacques Rogge, bien que le bilan actuel reste mitigé. Aussi, la Ville de Londres avait parié non pas sur la réhabilitation d’équipements existants, mais sur la construction d’équipements temporaires ou modulables (stade olympique de Londres, Copper Box, Vélodrome de Londres ou encore le centre aquatique de Londres).

L’avènement des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris est donc l’occasion pour la France entière de poursuivre la rénovation voire la modernisation de ses infrastructures et équipements déjà entamés lors de l’Euro 2016, mais aussi d’investir dans des opérations d’aménagement. Bien que 96% des opérations soient basées sur l’existant, la question des coûts engendrés est primordiale. Les équipements nouvellement créés seront-ils en adéquation avec le budget des collectivités concernées ? Le chantier français sera-t-il prêt à temps ? La modernisation des équipements entraînera-t-elle une augmentation significative du budget alloué à la maintenance de ces derniers ? Grâce aux offres de service proposées par la société tbmaestro, nous pouvons apporter de l’aide aux collectivités pour gérer aux mieux ces nouveaux équipements et infrastructures, notamment grâce à l’élaboration d’un programme de maintenance permettant de pérenniser ces nouveaux actifs.


Mots clefs : Jeux Olympiques, Héritage, Infrastructures, Paris 2024

Date de l’article : 21/07/2021

Rédacteur : Clémence Créton

Sources :

https://www.franceinter.fr/sports/decrepis-ou-abandonnes-quand-les-temples-des-jeux-olympiques-galerent-a-se-reconvertir

https://olympics.com/-/media/Document%20Library/OlympicOrg/Documents/Olympic-Legacy/Approche-strategique-du-CIO-en-matiere-d-heritage-version-complete.pdf?la=fr-FR&hash=427F675C5353DC42FC5A0B921C3C5F64ECDE7573

https://www.ouvrages-olympiques.fr/fr/home

https://www.banquedesterritoires.fr/un-budget-specifique-pour-les-travaux-des-futurs-centres-de-preparation-aux-jeux-olympiques

https://seinesaintdenis.fr/culture-patrimoine-sport-loisirs/sport-loisirs/article/l-aventure-olympique-en-seine-saint-denis

https://www.amf.asso.fr/m/document/fichier.php?FTP=cf5306d89eb4bb39a7d8c2049e7ee7c8.pdf&id=40325

http://agencelignebleue.extranet-e.net/index.ies act=show&mid=2790&k=280ae4fe635bd1e665769d2d3254882c&to=279053216009baf0a16d1991979937

https://www.demainlaville.com/parc-olympique-londres-reversibilite/

https://www.leparisien.fr/sports/JO/paris-2024/jo-2024-paris-face-au-defi-financier-15-09-2019-8152299.php

https://www.batiactu.com/tag/jo-2024

Vous souhaitez optimiser la gestion de vos actifs ?

 

Découvrez nos offres adaptées à vos besoins :

 

  • Audit technique et PDMA
  • Schéma et plan directeur immobilier
  • Plan plurianuel d’investissement
  • Fiabilité et maintenance
  • Conseil en organisation

Nos dernières actualités

Le développement des communes nouvelles

Le développement des communes nouvelles

Le projet de création des communes nouvelles a été initié à travers la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010. Malgré une tendance croissante du nombre de nouvelles communes, la crise sanitaire a sensiblement réduit cet essor.

Lire plus
Share This